Les vins de l'Horloge

Publié le par Egmont Labadie

Evoqué dans un  précédent  post, cet excellent bar à vins  de la ville de Montpeyroux a fermé avant la publication du guide. Nous avons donc retiré le texte du livre, mais comme Jean-Marc Wormser, le fondateur, va rouvrir prochainement une adresse dans la ville de Lodève, plus fréquentée que Montpeyroux, son portrait mérite de figurer ici. D'autant plus que les vins qu'il nous a fait goûter valent le détour! 
Le texte en commentaire.

Publié dans Languedoc-Roussillon

Commenter cet article

Egmont 13/11/2007 10:08

Les vins de l’horloge
Est-ce parce que Jean-Marc Wormser vient d’ailleurs qu’il a un goût aussi sûr ? « Je pense vraiment qu’il y a de bons vins dans le coin », nous dit cet ancien pharmacien « languedologue et vinothérapeute ». Il suffit de venir pour s’en convaincre !

Au sujet de l’appellation auto-décernée de « vinothérapeuthe », Jean-Marc Wormser nous rassure tout de suite : « Je pense que le vin en consommation modérée est un excellent médicament, un excellent soutien, mais je ne pense pas qu’on puisse en faire une véritable médecine ! »
C’est plutôt à la partie « languedologue » qu’on vient donc s’adresser ici : « Dans le Languedoc, y’a encore des découvertes à faire. Derrière les premiers moteurs, parfois un peu fatigués, y’a pas mal de jeunes qui arrivent avec de superbes vins ». Pour preuve, nous dégustons ce super vin de table et de soif, le RN 13 (pour « Rouge National 13 degrés » !) d’Alain Coumont, sur la pêche, la groseille, la fraîcheur mentholée, avec une attaque de melon, un fruit délicieux, et une légère réglisse en fin, pour finir sur le pain grillé. Un vin très bien fait !
« Ici, il y a toujours un vin de Montpeyroux disponible au verre, on travaille avec trois ou quatre domaines. Le domaine d’Aupilhac (Sylvain Fada), un des précurseurs, qui continue sur sa lancée, fait toujours bon et n’a pas augmenté les prix ; plus récent, le domaine des Grécaux, en bio sans avoir le label, tous les traitements sont à base de tisanes de plantes ; au niveau de la vinification, on n'est pas dans le sans soufre, parce qu’il y a des limites à tout, mais c’est un vin très propre. Ils ont compris le travail à faire aussi bien au niveau de la vigne, de la cave, des prix, que de la communication. Et parmi les nouveaux, le domaine de la Mélia (Claude Serra et Stéphane Vedeau).
Le Côteaux du Languedoc 2004 Terra Solis du domaine des Grécaux convainc immédiatement, avec ses arômes de cassis frais, de réglisse, de pain d’épices, de violette et de poivre, et sa bouche croquante et fraîche. « C’est du grenache et du carignan, ça passe bien l’été, y’a beaucoup de fruit et de fraîcheur. »
Et en blanc, qu’est-ce qu’on peut boire ?
« Le problème des blancs d’ici, c’est souvent très lourd, dans l’ensemble ils ont pas la bonne façon de le faire, ceux qui vinifient très bien le blanc, c’est le Mas Jullien, Daumas Gassac, la Grange des Pères, ou encore Cal de Moura. » Effectivement, cette cuvée « l’Etincelle » du Mas Cal de Moura en Vin de pays de l’Hérault blanc 2005 est un bel exemple de vin novateur, avec une personnalité introuvable ailleurs, puisqu’il unit les cépages du sud au chenin de la Loire, pour un nez de poivre, vanille, camphre et menthol, et une bouche très minérale avec une délicieuse fin florale. « C’est presque aussi frais qu’une pastille Vichy ! »

Jean-Marc ne se contente pas de trouver des vins, il s’essaye aussi à en faire, ça s’appelle Ninon IV, c’est du carignan pur, ça n’en évite pas certain des défauts (l’animalité en particulier), mais ça l’aide certainement à mieux comprendre la perfection des vins qu’il déniche !